Les rêves

25, Août,2013 by

 

Capture d’écran 2015-04-12 à 23.24.30

 voir la vidéo

Toutes les nuits on fait un à plusieurs rêves ! En fait l’activité mentale est continue tout au long du sommeil. Simplement cette activité mentale n’est pas de même intensité, ni de même nature au cours des différents stades du sommeil. Lors du sommeil lent ce sont essentiellement des pensées qui viennent à l’esprit et qui donnent ces rêves factuels, peu imaginatifs, plus proches des préoccupations que de la construction fantasmagorique.
En revanche au cours du sommeil paradoxal, l’activité mentale est très intense. Certaines zones du cerveau sont en proies à une activité étrange d’ondes rythmiques qui surviennent en salves, d’une manière saccadées, comme un message délivré en morse. Ce stade est  à l’origine de rêves très étranges, riches et  complexes.Mais le souvenir des rêves est fugace. Au réveil, à peine le pied posé par terre, le rêve s’efface, et ne reviendra (éventuellement !) que par bribes au cours de la journée. On peut s’entrainer à se souvenir de ses rêves. Il suffit de s’interroger au réveil, en se posant la question « est-ce que j’ai rêvé », et noter son rêve sur un petit carnet posé sur sa table de nuit. Les premières nuits les souvenirs sont assez imprécis. Au bout de quelques jours, on devient nettement plus performant. Certaines situations favorisent le souvenir des rêves…Tout moment de la vie un peu bousculé, un accident ou un traumatisme, une période d’interrogations sur soi et son avenir (la psychanalyse a beaucoup utilisé les rêves comme «matériel » de travail sur l’inconscient) est un moment fort, qui sur le plan psychodynamique favorise l’émerge et le souvenir des rêves.
 

Related Posts

Share This